MALI: La CEDEAO lance un ultimatum à la junte

INTERNATIONALE-Les militaires à la tête du comité national de transition risquent une nouvelle sanction, après l’embargo fixé par l’organisation sous régionale la CEDEAO.

Huit jours pour établir un pouvoir civil. Un  délai que la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a accordé à la junte au pouvoir depuis le 18 août.  Pour  les chefs d’Etats et de gouvernement qui se sont réunis physiquement après des mois de visioconférence, les militaires doivent impérativement mettre en place «un  président de la transition et un Premier ministre  civils ».

Le  #colonelAssimiGoita, Président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) a jusqu’au au plus tard le 15 septembre 2020 pour mettre en application cette nouvelle injonction de la  #CEDEAO.

L’organisation n’a pas révélé la nature des sanctions en cas d’entêtement du régime.

Les militaires qui ont renversé le président  #IbrahimBoubacarKeïta après des mois de contestation ont promis dès le début de rendre les commandes aux civils à l’issue d’une transition d’une durée encore indéterminée.

Ils ont lancé samedi 5 septembre une concertation élargie avec les partis et la société civile sur cette transition, qui la conduira, les organes qui seront mis en place, sa feuille de route et sa durée. Ces consultations doivent reprendre jeudi pour trois jours.

GMS  #Jonasbassene

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *