LE JAZZ Coûte Cher À Saint-Louis

Saint-Louis est à l’heure des comptes. Si le bilan de la programmation artistique du festival de jazz est plutôt satisfaisante, Saint-Louis croule sous le poids des dépenses.

Pour déplacer autant de grosses pointures du jazz à Saint-Louis, il fallait débourser 250 millions FCFA. La participation du chef de l’État, 20 millions FCFA était insuffisante pour réussir le pari. Face à la situation, le président de l’association Saint-Louis Jazz a dû hypothéquer sa maison.

Selon des sources, Me Ibrahima Diop, qui a bénéficié du soutien d’amis notaires a mis la main à la poche pour faire venir des artistes comme Marcus Miller, Peterson, entre autres. Pour ces deux musiciens, l’association a déboursé la somme de 75 millions FCFA, pour le transport et le cachet. Mais pour Me Diop, « cela en valait la peine, car ils nous ont gratifiés d’un beau spectacle ».

A l’en croire, il fallait le faire pour éviter le fiasco au festival. « Les banques nous ont fait confiance en prenant en garantie nos propriétés en attendant que les sponsors réagissent », dit-il. Mais ce n’était pas le seul impair.

L’absence des ministères de la Culture et du Tourisme a été déplorée. Alioune Badara Golbert Diagne n’a pas fait dans la dentelle avec le ministre Mbagnick Ndiaye. « Il est jamais venu au festival, qui vend l’image culturelle du Sénégal et quand il s’agit de Ndef Leng, il est bien présent », peste-t-il.

« Toujours, il trouve un prétexte pour justifier son absence, soit à l’ouverture, soit à la fermeture », a regretté Mame Fatou Sy, membre de l’association Saint-Louis Jazz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *