EN PLEINE CRISE DES ROHINGYA, Aung San Suu Kyi annule un déplacement à l’ONU

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, mise en cause dans les violences qui ont contraint à l’exode près de 370 000 musulmans rohingyas, ne participera pas à l’Assemblée générale des Nations unies qui s’est ouverte mardi à New York.

Aung San Suu Kyi, qui dirige de facto le gouvernement birman, a annulé son déplacement fin septembre pour l’Assemblée générale de l’ONU, a annoncé mercredi 13 septembre son porte-parole, alors que le pays est pointé du doigt pour sa gestion de la crise des Rohingya. « La conseillère d’État n’assistera pas à l’assemblée générale de l’ONU », a déclaré mercredi à l’AFP Zaw Htay, son porte-parole. La « Dame de Rangoun » avait promis l’an passé à la tribune de l’ONU de soutenir les droits de la minorité musulmane des Rohingya, qui fuient le pays par centaines de milliers.

De son côté, l’ONU va réunir mercredi son Conseil de sécurité afin de discuter, à huis clos, de la crise des Rohingya, qui continuent d’affluer par milliers vers le Bangladesh, où plus de 370 000 personnes sont arrivées depuis fin août pour fuir les violences en Birmanie.

(Voir la vidéo)

Nettoyage ethnique

À la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, pendant que le dossier des Rohingya prenait de l’ampleur au niveau diplomatique, la crise humanitaire s’aggravait.

Des bateaux de Rohingya ont accosté toute la journée encore sur la rive bangladaise de la rivière Naf, a constaté une journaliste de l’AFP TV. De l’autre côté, les panaches de fumée de villages en feu montaient dans le ciel. Deux hommes transportaient une femme âgée dans un panier.

Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, avait évoqué lundi « un exemple classique de nettoyage ethnique ». « Nous avons reçu de multiples rapports et des images satellites montrant des forces de sécurité et des milices locales brûlant des villages rohingyas, et des informations cohérentes faisant état d’exécutions extrajudiciaires, y compris de tirs sur des civils en fuite », avait-il déclaré.

LIRE LA SUITE

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *