ICC ACCORDE A L’EX-CHEF IVOIRIEN GBAGBO un autre examen de détention

La Cour pénale internationale a statué mercredi qu’une nouvelle révision devrait être faite sur la libération de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo alors qu’il reste en détention.

La décision de la Chambre d’appel renverse une décision de la Chambre de première instance de la Cour I en mars qui a statué que Gbagbo devrait rester en détention. Le juge présidant Piotr Hofmański a lu le jugement d’appel qui ordonne à la chambre de première instance de procéder à un nouvel examen pour savoir si Gbagbo devrait continuer à être détenu ou devrait être relâché, avec ou sans conditions.

« La Chambre de première instance, j’aurais dû examiner la durée de M. Gbagbo qui a été placé en détention parallèlement aux risques en cours de révision et qu’il aurait fallu déterminer si, pour tous les facteurs, la détention de M. Gbagbo continue d’être raisonnable », a-t-il déclaré. Le tribunal a expliqué que la chambre de première instance «a commis une erreur en tenant compte du fait qu’une personne nie la responsabilité des accusations auxquelles il est confronté, en tant que facteur favorisant la détention».

En outre, « la Chambre de première instance a commis une erreur en considérant l’âge avancé de M. Gbagbo comme un facteur qui a renforcé son désir de fuite, plutôt que celui qui pourrait potentiellement atténuer la possibilité de fuir ». Laurent Gbagbo a été accusé de crimes contre l’humanité, de meurtre, de viol et d’autres formes de violence sexuelle par la CPI .

Les accusations concernent la violence post-électorale de 2010-2011 dans le pays, lorsque Gbagbo a refusé d’accepter la victoire d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle du 10 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *