GRAND REPORTAGE : La putréfaction des ponts de Baïla et de Diouloulou, des bombes à retardement

SOCIÉTÉLa région de Ziguinchor est une localité fortement marquée par plusieurs ponts modernes et traditionnels due à la densité de la ramification du réseau hydraulique. De cette multiplicité de ponts, quatre retiennent plus notre attention pour leurs positionnements géostratégiques dans la vie économique et le désenclavement de la localité.

Il s’agir du pont Emile Badiane, du pont de Tobor ou petit pont, du pont de Diouloulou et du pont de  Baila. En effet, ces ponts sont dans un état effrayant de dégradation qui fait dire qu’en les traversant, la vie de chaque usager est en danger. La « putréfaction » est même visible pour les profanes en construction de tels édifices. Ceci a suscité les cris de détresse, les messages d’alerte…d’une population qui refuse de vivre un «Joola bis ». Toutefois, ces interpellations sont-elles tombées dans l’oreille de sourds avec l’inaction de nos autorités.

GMS / Amady Khalilou Diémé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *